Présentation du projet

Descriptif:

Ce projet a pour objectif la création d'une banque de sons des instruments du Maloya par téléchargement gratuit sous Licence Creative Commons .

Les instruments se présenteront sous forme d'échantillons (boucles et note seules), disponibles en différents formats (wav, Apple loop, rex etc.) afin d'être utilisables selon les besoins des musiciens.


La banque sera accompagnée d'une version de l'instrument virtuel Kontakt player pour pouvoir être utilisée avec les séquenceurs audio numériques du marché ainsi qu'en version autonome pour le live.

 

Parallèlement, un livret pédagogique support de la
banque de sons sera édité (PDF). Il comportera une partie présentation du Maloya (histoire, instruments, artistes
et courants, particularités musicales), et une partie manuel d'utilisation expliquant comment travailler
avec les boucles et l'instrument de Kontakt player.

 

Ce livret pédagogique sera livré en version bilingue
français/anglais.
Un tutoriel vidéo disponible sur youtube, viendra
compléter le tout.

Préambule

Le projet est élaboré à partir des enregistrements "Runloop", à l'initiative de messieurs Jean-Paul Jansen, François Mariapin, Olivier Sébastien, Sylvain Thomas; effectués dans le cadre de la classe d'informatique musicale du C.R.R. (Conservatoire à Rayonnement Régional  de musique) de La Réunion.

Objectif

Maloya Roots Percussions a pour projet de mettre à la disposition du plus grand nombre et notamment de tous les musiciens qui le souhaitent, le patrimoine musical traditionnel de l'Île de La Réunion.
Le projet offre ainsi aux musiciens l'opportunité d'utiliser ces sons traditionnels en se les réappropriant pour en faire des œuvres actuelles et modernes.

A ce jour, le grand absent chez les principaux éditeurs de sons (Timespace, Loopmasters, ou Big Fish Audio) est le Maloya auquel ce projet se propose de remédier.

Patrimoine instrumental réunionnais

Le Maloya a été porté au Patrimoine Immatériel de l'Humanité par l'UNESCO le premier octobre 2009. La musique réunionnaise se particularise par des spécificités originales que sont les rythmiques ternaires aux accents binaires et aux tempos allant du plus lent au plus rapide. Le Maloya est la musique héritée des esclaves et des engagés, et transmise, jusqu'à nos jours, par la tradition orale. Aujourd'hui, beaucoup de musiciens de par le monde, grâce aux banques de sons, intègrent des échantillons issus de musiques traditionnelles à leurs compositions.

D'où l'importance d'ancrer cette culture orale de la musique dans notre époque,  l'inscrivant ainsi dans la modernité avec un accès à internet permettant sa large diffusion.

Les Banques de sons

Une banque de sons est constituée d’une collection d'enregistrements sonores numériques connus sous le nom d'échantillons, destinés aux compositeurs, arrangeurs, interprètes et producteurs de musique. Les fichiers sonores sont chargés dans un échantillonneur (qu'il s'agisse de matériel ou de logiciel), puis utilisés pour créer de la musique. Les exemples de bibliothèques apparaissent sous diverses formes : en tant que phrases musicales basées sur le tempo et pouvant être bouclées (répétées au rythme de l'arrangement), ou éditées sous forme de copier/coller. "One-shot" (un son ou note seule), destiné à un échantillonneur numérique, connu sous le nom de multi-échantillons. Cette méthode de lecture d'échantillons consiste à construire un instrument jouable, ou l'émulation d'un autre instrument, à partir d'un échantillonneur ou d'un ordinateur. Les fichiers sonores peuvent être également insérés sans les tempos, privilégiant alors uniquement les sons. Grâce aux techniques actuellement disponibles dans ce domaine, on bénéficie d'enregistrements et de traitements sonores de grande qualité offrant une restitution optimale.

Méthodologie

Pour la réalisation d'une banque de sons, il faut procéder par étapes en suivant un ordre précis. L’enregistrement s’effectue en studio et, instrument par instrument au métronome pour garder la rigueur rythmique nécessaire pour les autres phases.

Ensuite, il faut effectuer ce que l'on appelle «un traitement sonore » à savoir l'égalisation. Cette opération permet de préciser le timbre de l'instrument et de le mettre en valeur. On y ajoute la compression afin de réduire les écarts de niveaux sonores.

À l’étape suivante en fonction des besoins de la banque, on procédera à différents types de découpages : des boucles, des intro musicales, des fins de phrases ainsi que des notes seules.

Il convient désormais d’encoder les diverses découpes aux différents formats audio existants (Wave, Apple loop aiff, Rex) pour qu’elles soient reconnues par le plus grand nombre de séquenceurs et à différentes résolutions et fréquences d’échantillonnage.

Une fois la banque de sons réalisée, vient l’étape de la création de la librairie pour « Kontakt Player ». Elle est constituée de plusieurs instruments séparés comportant chacun des sons seuls et des boucles réparties sur le clavier du piano.

Pour chaque instrument, il convient de répartir les échantillons pour le clavier du piano en fonction de la vélocité de la note jouée. Par ce procédé on attribue à une même note plusieurs échantillons en fonction de leur volume. Ainsi, l’effet obtenu est plus réaliste.

Afin d"offrir une meilleure ergonomie aux utilisateurs, l'instrument dans sa présentation peut bénéficier de plusieurs fonctions programmées par le concepteur de l'instrument. Elles pourront ainsi donner accès à plusieurs onglets dans lesquels, il est possible d’interagir sur un module d'effets , de mixage, ou encore pour des patterns en MIDI.  Grâce à la fonction script de Kontakt, on entre chaque donnée nécessaire à l'attribution des différentes fonctions de l'instrument.

Il également nécessaire de réaliser des images (image de fond de l'instrument,  boutons, fader etc.), tout ce qui va servir au visuel de l'instrument.

Au fur et à mesure de l"avancement des opérations, des fichiers seront mis à disposition gratuite aux membres.

Un procédé créatif et pédagogique

 

L’utilité de la banque de sons permet d’aborder la musique réunionnaise et d’intégrer celle-ci dans des projets pédagogiques afin de mettre en exergue les spécificités du Maloya. La connaissance du fonctionnement de cette musique permettra une meilleure réappropriation par les musiciens en herbe et par les professionnels. Ainsi, chaque utilisateur verra son travail de composition aidé par cette compréhension.

De nos jours, une partie de la production musicale est élaborée à partir de ce procédé. Dès lors, la musique réunionnaise devient un outil de création pour les musiciens, y compris hors son contexte originel et offre de nouvelles perspectives à l’image du métissage culturel de notre l'île. De cette façon, on participe à promouvoir le Maloya et la culture réunionnaise à travers le monde.

À venir

 

Pour approfondir la connaissance du Maloya, il convient de la compléter par celle des instruments locaux à partir de supports tels que les photographies, les illustrations, les vidéos et tout autre média.

À cet égard, plusieurs options peuvent être envisagées :

• Création de tutoriels traitant de la lutherie et de la pratique des instruments réunionnais.

• Création de tutoriels techniques expliquant l’utilisation de la banque de sons dans les différents logiciels. • On se propose d’élargir ce projet à la culture musicale des pays de la zone Océan Indien, tels que Madagascar, Rodrigues, les Comores, Maurice, les Seychelles, etc.

  •  Création de tutoriels traitant de la lutherie et de la pratique des instruments réunionnais.

  •  Création de tutoriels techniques expliquant l’utilisation de la banque sons dans les différents logiciels. 

  • On se propose d’élargir ce projet à la culture musicale des pays de la zone Océan Indien, tels que Madagascar, Rodrigues, les Comores, Maurice, les Seychelles...

Pour la mise en place de ce projet, il est nécessaire de faire appel à des aides auprès de divers organismes et partenaires. Ces besoins financiers devant servir à acheter le matériel, à couvrir les frais logistiques et la rémunération des intervenants.